LE  COUiNEUR 

Pour retrouver

un modèle perdu…

Pour améliorer la sécurité...

 

Article de Francis PLESSiER (Modèle Magazine des années 70 !)

Après en avoir lu la description dans une revue américaine, le désir m'a pris de construire un tel appareil, en l'adaptant au matériel disponible en France, Ce petit ensemble très simple se branche sur un récepteur ordinaire, comme un servo sur la 5em. ou 6em. voie non utilisée, Il produit un signal sonore audible à une dizaine de mètres dès que l'émission est coupée, ce qui permet de retrouver facilement un modèle perdu dans les hautes herbes, les maïs, les fourrés, etc,

En plus du fait "d'épater les copains", il a encore bien d'autres applications :

-Eviter la mise en action intempestive d'un récepteur, en chargeant un avion dans une voiture et de trouver tout à plat en arrivant : en effet, cet "informateur" se met à "couiner" si l'on alimente le récepteur sans émetteur,

-Faire des essais de portée lorsqu'on est seul: il suffit de poser l'émetteur, en fonctionnement et de s'éloigner: dès que cet informateur "couine", c'est qu'il n'y a plus de signal; la limite de portée est atteinte,

-Vérifier avant un vol qu'on est seul sur la fréquence : on met en marche la récepteur seul et s'il couine c'est qu'il n'y a personne; sinon il se tait,

Sans doute y-a-t-il d'autres utilisations… Comment fonctionne cette petite merveille: qui revient à environ 50 F et qui peut être montée en moins d'une heure ?

SCHÉMA THÉORiQUE :

 

C'est en fait, l'équivalent d'un simple relais temporisé actionné par les impulsions reçues par le récepteur et qui :e maintiennent fermé

Si les impulsions ne sont plus reçues, aussitôt après un temps très bref le relais s'ouvre, ce qui fait alimenter le "couineur", sorte de minuscule haut-parleur vibreur utilisé dans les dispositifs avertisseurs, Ce petit ensemble comprend trois transistors; le premier, T1, est un NPN, sur la base duquel des impulsions positives sont appliquées, ce qui le rend conducteur; le condensateur C1 ne se charge pas; une tension négative est appliquée à la base du transistor T2 qui, ainsi  est conducteur, avec pour conséquence l'application d'une tension positive sur la base de T3, lequel est au contraire bloqué: le couineur n'est pas alimenté,

Si l'émetteur est coupé, il n'y a plus d'impulsions sur la base de T1, lequel n'est plus conducteur et le condensateur C1 se charge, Une tension positive est appliquée à la base de T2, ce dernier est ainsi bloqué, Au contraire T3 devient conducteur et alimente le couineur, Cet appareil, tout petit et léger, est disponible dans les magasins d'accessoires de radio. Lorsqu'il est alimenté sous une tension de 3 à 6 V continu, il émet un son strident, utilisable pour une alarme. Sa consommation est de l'ordre de 20 mA sous 4 V, ce qui assure une longue autonomie. La puissance sonore est augmentée lorsqu'il est fixé sur une plaque constituant résonateur : flanc de fuselage, aile.

RÉALiSATION PRATiQUE

Selon les goûts et  l'expérience de chacun, la réalisation peut être effectuée de différentes façons. Pour un circuit unique, un  circuit imprimé n'est pas obligatoire, le mieux est d'utiliser un morceau de plaque perforée (vero- board) plus petit q'un timbre poste (20 mm sur 18).

La figure 2 indique la disposition des éléments d'un coté de fa plaque à  l'échelle 2/1; les résistances sont placées de l'autre côté. Il y  a bien entendu beaucoup d'autres dispositions possibles.

 


Le couineur est raccordé au moyen de ses deux fils (le noir au -) et j'autre au relais électronique,  les trois fils (+ - et entrée) sont à relier à une prise de servo que l'on connecte au récepteur

et, sauf erreur, le couineur fonctionne. On vérifie alors qu'en mettant l'émetteur en action le couineur se tait.

Il ne reste plus qu'à prendre les précautions habituelles de fixation des fils, de protection par tubes thermorétractables etc.;  et l'ensemble est prêt à être monté sur avion, avec le minuscule haut-parleur placé sur le flanc du fuselage, du côté opposé à l'échappement pour ne pas s'imbiber d'huile..

Il est à noter que si un récepteur est limité en voies et que l'on ne peut utiliser de prise supplémentaire; il est possible de connecter cet appareil en parallèle avec un autre servo, les gaz par exemple: en raison de la présence de la résistance d'entrée de 47 kΏ, le fonctionnement du servo ne sera pas perturbé.

 

MATÉRiEL NÉCESSAiRE

Une prise type servo

Un couineur

Deux transistors 2 N 2907 A 

Un transistor 2 N 2222

Un condensateur 0,1uF miniature

Trois résistances miniature (47, 6,8 et 220 kΏ)

Une plaquette perforée 20 X 18 mm.

Ce matériel peut être commandé chez Lextronic ou chez les revendeurs de pièces détachées électroniques

Contrairement à ce schéma d'origine, j'ai relié les 2 branches du transistor 2N2222 à celles du condensateur 0,1μF

La plaquette perforée fait 20 x 18 mm, soit 8 trous sur 7

(on peut arriver à 8 sur 6, soit 20 x 16 mm)

Implantation simple des composants

Ne coupez pas tout de suite les pattes du condensateur et des transistors, servez vous en pour relier les différents points de soudure.

Cette photo vaut tous les schémas !

Voilà le couineur fini.

Bons vols !


Fatal error: require(): Failed opening required '../baspage/baspage.php' (include_path='.:/usr/lib/php7.0') in /homepages/29/d254388751/htdocs/electronique/couineur2.php on line 175