le Stampe SV4 d'Alain

en 2,40m d'envergure

Moteur essence prévu : DLE 55RA avec démarreur

(Finalement, j'ai opté pour le DLE 35 RA, puis pour un 4 temps essence, le OS GF 40)

- Il n'y a que les fous et les imbéciles qui ne changent jamais d'avis ! -






Mars 1959, (j'avais* 14 ans!)  Mon père travaillait à la météo à Fréjorgues. La tour de contrôle était comme ça !

Je traînais dans les hangars et de temps en temps je resquillais des vols : Du planeur sur la piste de Fréjorgues,
décollage au treuil. A cette époque, il n'y avait pas beaucoup d'avions qui venaient nous perturber.

Au Pic Saint Loup, il n'y avait pas encore de hangars. On partait de Fréjorgues en remorquage
dans le C800, tracté par le Stampe ou le Tiger Moth.

Avec, entre autres, Jean BOURRAT, moniteur, Christian PICOT de la BAUME, Alain  ARTAUD...

Historique : Pic Saint Loup - En février 1955, René Picot de la Baume (alors président de l'Aéro-club de l'Hérault) décollait son Stampe du terrain de Fréjorgues afin de tester les caractéristiques de l'air au dessus du Pic Saint Loup. Ce dernier, alimenté par un vent conséquent permit au Stampe de maintenir son altitude moteur réduit, puis coupé. Ce fût le premier vol de pente sur le Pic. Hélas (ou heureusement), durant ces périlleux exercices, le givrage accomplissait sournoisement son œuvre et lorsque vint le moment de remettre le moulin en route...keuf keuf... Rien à faire, il fallait se poser! Ainsi naquit le Centre de vol à voile du Pic Saint Loup.


Voici mon modèle de référence : STAMPE SV4 C   immatriculé : F - BCZE




Le modèle réduit :

Je devais faire, en même temps que Robin ( voir "le Stampe de Robin"), un Stampe de 2,08m d'envergure, d'après le plan de Précédent. Mais j'avais commencé un multi (voir "le Passion d'Alain") et remis la construction du Stampe à plus tard.

Dernièrement, sur le Net, je suis tombé sur un certain Marcel (que je remercie encore une fois pour sa gentillesse)
qui m'a proposé les plans du Stampe grandeur. Ça a été le déclic :
Je vais faire un Stampe de 2,40m maquette !

Profitant du mauvais temps et d'une angine qui m'a cloué à la maison, j'ai repris les plans du grandeur pour les convertir au 1/3,5 ème. en m'aidant pour vérifier les côtes d'un plan (au 1/4) téléchargé sur le Net à cette adresse :

http://www.outerzone.co.uk/plan_details.asp?ID=4964

J'ai agrandi le plan d'Outerzone au 1/3,5 ème, puis reporté dessus le plan du grandeur ramené au 1/3,5





Pour la dérive et le Stab, je vais utiliser les plans du grandeur










Couple 1 support du plastron avant

Le couple moteur est au chaud dans la maison, car recouvert de fibre de carbone en cours de séchage.



Fuselage en treillis, mis en forme avant collage des couples, baguettes badigeonnées d'ammoniaque.

Berk ça pue et ça irrite les yeux et les poumons !

Vite un masque et on aère !





Le porte-carte sur le flanc droit



On voit bien les cales qui relèvent les flancs juste en dessous du pilote (Les flancs sont plus étroits en bas à partir du pilote arrière)



Entretoise et ferrures du noeud support de l'aile. On voit bien ces entretoises sur la construction d'un Stampe grandeur*





Collage des flancs du fuselage sur un chantier spécial pour empécher tout vrillage



On voit les entretoises métalliques.
Devant, la pièce arrondie sous le tableau de bord avant (pas encore collée pour ne pas désaligner les flancs)
la pièce ajourée à l'arrière se trouve sous le tableau de bord arrière.



Entretoise à l'arrière du pilote



Repose réservoir ajouré





Support platine avant



Pour pouvoir sortir le réservoir, une découpe dans le couple du tableau de bord avant



Le tableau de bord viendra se visser sur ce couple



Coffre passager avant, on voit bien ici le porte-cartes du poste arrière !

Je me suis planté sur la taille de la trappe du coffre :
je croyais qu'elle était encastrée alors qu'elle est apparente et vissée : à refaire (voir plus loin !)



Coffre passager arrière



dernier couple supérieur, ajouré et traversé par 2 tiges filetées sur lesquelles viendra se fixer la pointe de la dérive.



Tableau de bord arrière



Ferrure du "noeud A", support du mat avant de cabane



La même, finie, avec les attaches de haubans croisés internes



Ferrure du "Noeud C", support du mat arrière de cabane



Ferrures du "Noeud R" support de la partie fixe de la dérive, de la roulette de queue et du hauban de stabilisateur.



Monté sur le fuselage





Fixations de la dérive














Coffrage recouvrement supérieur avant







Ouverture latérale permettant l'accès aux 4 haubans croisés internes




Coffrage du coffre à bagages







Pose des couples cockpit arrière - coffre avant




Comme vous pouvez le constater sur ces photos, j'utilise les multi-presses de marque Berna

Très faciles d'utilisation. L'astuce : les deux mors doivent être bien parallèles, sinon décrochage !

http://berna-clamps.e-monsite.com/
















La dérive : lamellé - collé mi ctp, mi balsa pour le bord de fuite.




Les quatre nervures principales de la dérive et, en avant plan, le longeron vertical.

Toujours comparé à une photo d'un grandeur en construction.

avec les fameux serre-joints utilisés comme des valets d'établi !





Renforts en alu offset sur les queues de nervures





Tube alu cintré à l'avant



Capots moteur résalisés en alu (tole offset), mais refaits en balsa de 1mm + tissus et résine époxy (beaucoup moins lourd)



Idem pour les sièges, essai en alu (dommage, ça en jette, mais trop lourds !)



J'en profite pour glisser 2 astuces :

Quand on fait de la résine, on utilise un pinceau qui a tendance à sécher entre 2 séances !

Je mets le mien (manche rond obligatoire) à tremper dans un flacon surmonté d'une pipette goutte à goutte.

On perce l'embout en caoutchouc et on enfonce le pinceau qui trempe dans de l'alcool :

Plus d'évaporation de l'alcool et le pinceau est toujours prêt à l'emploi.



Pour doser la résine et le durcisseur en volume, rien de mieux que les pipettes de médicaments

Si vous avez des enfants (ou petits enfants) gardez précieusement les pipettes de Doliprane (ou autres) qui sont graduées.

Une pour la résine, l'autre pour le durcisseur - à nettoyer evec l'alcool.



Ça y est, je suis l’heureux possesseur d’un tour!

J’ai acheté un tour d'occasion, un FarTools ML400 qui fonctionne à merveille !

Malgré tous les conseils de prudence des copains ou glanés sur le net, j’ai déjà bloqué le tour.

J’étais en mode automatique, je surveillais l’avance pour ne pas toucher les mors

Et c’est le cache poussière plus bas qui s’est coincé ! Moment de panique, l’avance latérale bloquée et

la marche automatique qui ne fonctionne plus. Démontage partiel de l’appareil, tout est décoincé. Ouf !



J'ai donc commencé par la roulette de queue



C'est ma première pièce tournée. (Fier de moi, quand même !)

Quelques défauts de surface, trop de jeu entre le corps du cylindre et la partie mobile.

Je comptais mettre une goupille pour permettre à la partie mobile d'effectuer des mouvements de bas en haut (suspension)

et j'avais percé le cylindre de part en part.

Mais j'avais oublié qu'avec une goupille, la roulette ne pourrait pas tourner ! J'ai tout refait :



avec un épaulement (bagué, s'il vous plait !) pour la suspension.



Une fois la pièce finie, je m'aperçois que les ferrures du Noeud R sont fausses !

Je m'étais fié à un dessin fourni avec le plan (à droite sur la photo),

mais les trous de fixation du train ne sont pas à la bonne hauteur.

j'ai donc refait les 6 pièces constituant le Noeud R



Et voilà un train amorti ! Il ne me manque plus qu'à acheter la fraiseuse pour fabriquer la fourche de la roulette !



Autres essais de tour



Roulette de queue. Je suis parti des roues d'un trainer. Le diamètre de la jante est bon, mais pas l'épaisseur


J'ai donc tourné dans de l'alu une nouvelle jante, au côtes du Stampe
La mousse du pneu est trop large, il faut aussi la passer au tour

Premier essai :




Le résultat ne me plait pas, je refais la jante :
c'est beaucoup mieux


La roulette finie


Pour le TRAIN AVANT, j'ai trouvé sur TopModel ces roues dont les dimensions sont parfaites



Malheureusement, ces roues sont inutilisables. Dommage, les jantes en alu sont magnifiques,
mais les pneus sont en plastique très dur, non compatibles avec les pneus gonflables
nécessaires pour une maquette.
J'ai donc commandé des DUBRO (Scientific France) chez Weymuller.


Les entretoises du fuselage ne me plaisaient pas depuis le début : trop épaisses.
Une photo d'un Nieuport dans un MVM m'a donné l'envie de tout refaire, en jonc de fibre de carbone de chez DécatMachin



J'ai enfin acheté la Fraiseuse Chez Métiers et Passions, une petite de 550 Watts



j'ai donc attaqué la fabrication de la fourche de la roulette de queue. C'est fou les copeaux ! pire qu'avec le tour !

Je rate une première pièce (j'ai tourné la manivelle à l'envers, entraînant un gros trou non voulu !),

j'en attaque une deuxième, toujours tirée d'un bloc d'alu.




il n'y a plus qu'à poncer les arrondis pour la forme définitive.










j'ai attaqué les charnières du stab. la pièce de 1 centime donne une idée de la taille


Ne pas faire comme moi ! J'ai galéré une fois les charnières fabriquées, pour les fixer sur la dérive, ou plutôt pour les aligner !

En effet, une fois la dérive et la partie fixe construits, on ne peut les coincer dans un étau pour percer les trous des charnières

d'où une grande galère pour percer à main levée.

Pour le Stab, j'agirai autrement : Je commencerai par les charnières, puis les longerons

et j'alignerai les charnières sur les longerons (bien coincés dans un étau !) et ensuite je construirai le stab.







Passons au train principal. La pièce du haut, qui va être fixée à l'attache sur le fuselage
est façonnée dans de l'alu, tourné, fraisé.



la jambe support de roue est tournée dans un fer carré de 14, tourné, fraisé.



Entre les deux ressorts, une entretoise qui maintient les ressorts et qui permettra de tarer les ressorts au bon degré.



J'ai soudé une plaquette percée à 3mm qui va porter les cardans des jambes de force
le petit bec à droite représente la platine support de cric

en bas à droite, début de fraisage des cardans



Cardans en cours de finition et jambe de force ( 7 rivets, en fait des clous en laiton tournés pour diminuer la tête des rivets
Puis chauffés et aplatis de l'autre côté

Sur le tube de l'amortisseur, une patte a été soudée pour supporter la jambe de force avant
Percée de 3 trous de 3mm, un pour la jambe de force, les 2 autres pour le cache profilé qui viendra couvrir le tube


J'ai fraisé la patte supportant le train et le longeron de l'aile






Patte de renfort arrière vissée sur le longeron transversal



croisillon central














Support de cache de jambe de train fraisé dans de l'alu




tronçonné ensuite en 4 morceaux, puis scié en deux




Le cache sera fait en fibre de verre+époxy et viendra s'enfiler sur ces supports




J'ai attaqué la mise en plan des nervures des 4 ailes et du stab.

Ayant découvert qu'à Montpellier il existait le LabSud   (voir ici : http://www.mach34.fr/imprimante3D.php)

j'ai décidé de découper toutes mes nervure à la machine à découpe Laser

J'ai repris les plans du stampe grandeur, que j'ai remis à l'échelle 1/3,5 et j'ai tout redessiné avec le logiciel CorelDraw X6.

2 planches de 75x75 cm sont nécessaires pour toutes les nervures des ailes, du stab et les supports de servos.





J'ai fait un premier essai avec du contreplaqué ordinaire de 3mm :



L'essai est concluant, je vais pouvoir passer à la découpe des 2 planches
après avoir redessiné certains croisillons mal dimensionnés


...Suite Page 2...